Skip to main content
Investissement

Tout savoir sur la définition et le calcul du Cash Flow

définition du cash flow

La définition et le calcul du cash flow constituent le flux de trésorerie que va disposer une entreprise ou un bien immobilier. Pour être pérennes et mener à bien cette mission, les entreprises ont l’obligation d’avoir une parfaite compréhension des opérations comptables et de respecter la bonne tenue.

En effet, représentant l’un des domaines les plus sensibles et les plus préservés de toute entreprise sérieuse, la comptabilité et le flux de trésorerie permettent de connaître avec précision les états financiers d’une société, son patrimoine et l’évolution de ses activités.

La définition du cash flow étant l’un des éléments majeurs et par ricochet de la survie de l’exploitation, il est impératif pour chaque responsable de société d’en connaître l’importance, de savoir le calculer et de connaître globalement tout ce qui y est relatif.

Cette démarche est d’autant plus nécessaire dans un secteur comme l’immobilier ou les cours financiers sont en constante évolution.

Pour vous faciliter la tâche dans la gestion de votre enseigne et vous permettre d’en savoir plus sur le sujet, nous vous invitons à découvrir dans les prochaines lignes pourquoi et comment calculer et la définition du cash flow d’une entreprise.

Quelle est la définition du cash flow ?

La définition du cash flow signifie littéralement en français  » excèdent de liquidité » et représente ainsi la notion de flux de trésorerie dans le langage comptable. C’est un indicateur grâce auquel on détermine le flux net d’une entreprise ou un investissement immobilier au cours d’une période précise.

Ainsi, on parle généralement de positif lorsque l’entreprise est en bonne santé financière et peut régler ses dettes ainsi que toutes ses charges sans recourir à un tiers.

Dans ce cas, la trésorerie est excédentaire et dispose notamment d’assez de liquidité pour verser les dividendes à ses actionnaires, garder des réserves, payer les fiscs et effectuer des placements de fonds.

A contrario, on parle de cash flow négatif lorsque la trésorerie de la société est déficitaire et que cette situation contraint les responsables à réduire certaines charges ou à injecter à nouveau de l’argent dans les activités de l’entreprise afin d’éviter la ruine.

La nécessité de définir explicitement la notion et son utilité se justifie par le fait que plusieurs personnes la confondent à tort à la notion de capacité d’autofinancement (CAF).

Or, une telle confusion peut être extrêmement préjudiciable aux responsables d’entreprise et peut entraîner dans la pratique, d’énormes complications sur le plan et en termes de gestion d’entreprise.

En effet, la CAF se distingue en ce sens qu’en plus de tenir compte des variations liées aux décaissements et encaissements, elle tient également compte du financement des stocks et des charges d’impôt.

De quoi se compose t’il ?

En comptabilité, la définition du cash flow est abstraite jusqu’à ce qu’elle impacte concrètement le déroulement des activités au sein de l’entreprise.

Pour éviter des surprises désagréables, ce concept a été rendu plus concret et moins technique en classant en 3 principales catégories les flux qui y sont inhérents. Ainsi, on distingue dans la définition du cash flow :

  • Les flux de trésorerie des activités ;
  • L’excèdent de trésorerie des activités de financement ;
  • L’excèdent de trésorerie des activités d’investissement.

Les flux de trésorerie des activités d’exploitation sont relatifs aux recettes et dépenses qu’effectue l’entreprise à travers ses activités de prestation de services ou de vente de produits qu’elle effectue chaque jour.

C’est à partir de cette trésorerie que se calcule l’excédent brut d’exploitation (EBE) qui permet d’estimer la rentabilité économique d’une entreprise au cours d’une période ou d’un exercice comptable donné.

Quant aux flux de trésorerie des activités de financement, ils rassemblent tous les moyens grâce auxquels la société rassemble le capital nécessaire pour financer ses activités. Il s’agit notamment des subventions, des prêts bancaires et tout autre moyen favorisant l’augmentation du capital.

Enfin, la trésorerie des activités d’investissement rassemblent la prise de participation de l’entreprise dans d’autres structures ou sociétés. Cette trésorerie prend donc en compte la cession et l’acquisition des parts sociales au sein des sociétés tierces.

Lorsque chaque définition du cash flow d’une entreprise est ainsi connu, il est plus facile de faire une estimation du patrimoine à n’importe quel moment de l’exercice en cours.

calcul du cash flow

Comment calculer le cash flow libre d’une entreprise ?

Contrairement aux avis reçus, le calcul du cash flow est une opération assez simple. Ce qui pourrait probablement le rendre complexe, c’est la formule utilisée.

Toutefois, quelle que soit la formule choisie, l’opération doit se faire exclusivement avec les montants bruts obtenus au niveau de chaque flux.

Dans le cas du calcul du cash flow libre, la formule la plus simple à choisir, c’est :

Cash flow libre = Produits encaissés – charges décaissées.

En effet, le libre est la somme totale dont dispose l’entreprise dans sa caisse et qui n’a pas encore été réinvestie.

Ainsi, les produits encaissés représentent la somme totale des fonds et des bénéfices que l’entreprise a acquis pendant une durée précise. Quant aux charges décaissées, elles correspondent aux dépenses effectuées pour assurer la bonne tenue de ses activités au cours de cette même durée.

L’autre difficulté que vous pourriez éventuellement rencontrer pendant le calcul du cash flow, c’est le fait que l’opération tient compte des fluctuations observées au niveau de la trésorerie. Les dettes et les créances sont en effet en constante variation.

Comment calculer par flux de trésorerie ?

Chaque entreprise sérieuse peut à tout moment estimer le cash flow. Néanmoins, cela doit se faire sur la base des flux de trésorerie de ses activités principales, dont l’exploitation, le financement et l’investissement.

Ainsi, pour calculer le cash flow des flux de trésorerie , la formule à adopter sera :

Flux de trésorerie = Résultat net + Dotation aux amortissements et aux provisions – Plus value de cession d’actif – Reprise sur amortissement et provisions + Moins-value de cession d’actif +/- Variation du besoin en fonds de roulement.

En dehors du calcul du cash flow, il est possible de le calculer également des flux de trésorerie des actifs. Dans ce cas, la formule à utiliser est :

Flux de trésorerie des actifs = Flux de trésorerie libre ou disponible – Frais financiers + Produits financiers +/- Variation de l’endettement ou bancaire.

Une autre façon de calculer le cash flow libre consiste en l’utilisation de la formule suivante :

Libre = Excédent brut (EBE) – Impôt sur le résultat d’exploitation +/- variation du besoin en fonds de roulement – Investissements + Désinvestissement

NB : Le résultat net utilisé dans le calcul des flux de trésorerie représente le tout dernier indicateur inscrit dans les documents comptables de l’entreprise.

Il a une portée générale en ce sens qu’il donne des informations concises sur les plus récentes performances.

Pour ce qui est du besoin en fonds de roulement (BFR), c’est une estimation des besoins de financement à court terme. Il prend en compte la variation des encaissements et décaissements opérés au niveau des flux de trésorerie.

Comment dresser le tableau d’une entreprise ?

Le tableau de cash flow d’une entreprise se dresse en énumérant les données contenues dans chaque flux de trésorerie. Il sert à avoir une traçabilité des mouvements financiers en temps réel.

La nécessité d’établir un tableau de cash flow découle du fait qu’un tableau tel que celui qui suit facilite la lecture et l’enregistrement des données autant pour les professionnels que pour les responsables n’ayant que très peu de notions en comptabilité.

Ainsi, pour dresser le tableau de votre entreprise, vous pouvez vous inspirer de la nôtre ou faire appel à un professionnel.

Tableau du calcul du cash flow

Trésorerie des activités Encaissement Décaissement
Bénéfice net
Charge d’impôt
Dotation aux amortissements et provisions
Dividendes
Plus et moins value de cessions
Impôts déjà versés
Autres flux liés aux activités d’exploitation
Trésorerie des activités de financement
Acquisition et revente de part sociale ou actions
Dividendes versés aux actionnaires
Nouveaux emprunts
Remboursement d’emprunts
Intérêt d’emprunts
Autres flux liés aux activités de financement
Flux de trésorerie lié aux activités d’investissement
Acquisitions et reventes d’immobilisation corporelle et incorporelle
Dividendes obtenus
Autres liés aux activités d’investissement

Les informations financières enregistrées dans le tableau de cash flow doivent être conformes aux flux de trésorerie de l’entreprise.

flux de trésorerie

Pourquoi calculer le cash flow d’une entreprise ?

Le produit d’une entreprise se calcule à partir des flux de trésorerie des activités de la société. Ainsi, l’intérêt du calcul du cash flow s’observe de façon particulière au niveau de chaque cours.

En effet, les flux de trésorerie des activités d’exploitation sont pris en compte dans le cadre d’analyses financières. Ils servent à mesurer l’importance des cours  monétaires à générer par les activités menées.

Ici, la terminologie employée est quelque peu trompeuse étant donné que le calcul du cash flow des flux de trésorerie se fait sur la base du résultat net alors que le résultat net lui-même tient compte des frais.

De son côté, le calcul du cash flow libre permet essentiellement de dévaluer une entreprise. On y recourt dans le cas de l’actualisation des futurs ou Disconted (DCF).

Le libre correspond ainsi aux flux de trésorerie issus de l’actif économique de l’entreprise et se partage entre les différents financeurs, dont les établissements bancaires ainsi que les actionnaires.

Par ailleurs, le calcul du cash flow des flux de trésorerie des activités financières sert à avoir une estimation juste et fiable des capitaux propres de l’entreprise dans le cas d’une prise de participation par un ou différents investisseurs.

De ce qui précède, il est évident que le calcul du cash flow est important à tous les niveaux, notamment pour toutes les parties intéressées.

Par conséquent, chaque société qui se veut sérieuse et pérenne doit procéder à l’élaboration de son tableau et réaliser périodiquement des calculs relativement aux flux de trésorerie, d’investissement et des activités de financement.

En définitive, il convient de retenir les trois principaux indicateurs du cours que sont :

  • Le from operations (d’exploitation) ;
  • Le from equity (des investisseurs);
  • Le free disponible.

Une fois encore, si vous ne pouvez pas effectuer le calcul du cash flow vous-même, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel du domaine.

Si vous avez besoin de renseignements complémentaires sur la définition du cash flow, je vous invite à m’appeler.

Jonathan VOOGT

Conseiller immobilier sur Saint André de Cubzac, je vous accompagne dans un de vos plus grand projet: la vente ou l'achat de votre bien immobilier.

Laisser une Réponse